PAVEL CAZENOVE

 

    

 

 

WORKS

 

NEWS

 

TEXTS

 

CV

GLITCHS - 2009

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Glitchs, 2009 (série)

 

Digigraphie sous Diasec (caisse américaine acier)

 

Jana Cova, 2009, 180 x 120 cm

Tera Patrick, 2009, 180 x 120 cm

Silvia Saint, 2009, 180 x 120 cm

Sasha Grey, 2013, 180 x 120 cm (vue d’ensemble et détail)

                

Un « glitch » est le résultat inattendu d’erreurs liées à la corruption ou à la manipulation du code d’un fichier tel qu’une image numérique. Si l’on ouvre une telle image sous un logiciel de texte, celle-ci s’affiche sous sa vé­ritable nature, comme mise à nu : c’est un langage informatique exprimé par du texte, une suite obscure et indéchiffrable de caractères étranges.

 

L’idée peut séduire : insérer dans ce texte quel­­ques caractères supplémen­taires afin de conta­miner l’image de l’intérieur, par exemple une image dans laquelle une jeune femme s’ap­prête à se dévêtir et à qui l’on ordonne, par l’inter­médiaire du texte (sa chair d’image numé­ri­que), de se dénuder sur le champ. « À poil ! » : voici ce qui est intégré à sa structure. Il suffit ensuite d’ouvrir le fichier ainsi altéré sous un logi­ciel adéquat (traitement d’images) pour que l’image s’offre au regard dans tout son éclat de chair numérique, cette struc­ture en bandes de cou­leurs horizontales manifestant explicitement la présence du texte générateur.

 

L’injonction impudique agit pictu­ralement, mettant la chair de l’image à nu… à vif, une nudité et une chair à la fois numéri­ques et picturales, chaos origi­­naire au cœur duquel subsistent çà et là quel­­ques fragments éparpillés du référent érotique.